Blog sur la vidéo de société et la production audiovisuelle


Retour sur le Festival Freestyle 2017 à La Villette


C'était LE rendez-vous à ne pas manquer du street art. Danseurs, sportifs, et cette année pour la première fois dans l'histoire de la mode, créateurs, se rencontraient le week-end du 17 au 19 novembre avec un objectif : partager leur passion du freestyle. 

Revivez la folie d'un festival hétéroclite sous l'oeil de Rémy Pautrat Junior, réalisateur parisien en pleine ascension lui-même ancien danseur qui a capturé avec brio quelques pépites du week-end.

La Villette, point culturel émergeant niché au sein d'un des plus grands parcs de Paris. Ici, point besoin de laisser-passer. L'entrée est ouverte à tous, dans un esprit de communauté où se côtoient professionnels et amateurs de tous styles. Les influences se lisent dans les choix vestimentaires ou capillaires, dont la variété contraste fortement avec l'identité lisse et photocopiée véhiculée par les médias grand public. Et c'est bien le but que poursuivent les organisateurs en appelant à la diversité.

L'ambiance portée par les DJs reflète l'énergie des danseurs qui évoluent au centre de la foule pour s'affronter sous les spots et le crépitement des flashs. Au détour d'une allée, rencontre avec la chorégraphe de "30 nuances de noir.es", une fanfare afroféministe qui réaffirme la place de la femme noire au sein de la société à travers le hip-hop. X'Zéko, danseur hip-hop lui aussi, fait partie du collectif Move and Art dont il porte le logo, qui fonde sa pratique sur le partage. 

Plus loin, Mathieu, pratiquant du waacking, une danse de rue afro-américaine née dans les clubs homosexuels des Etats-Unis, attend impatiemment d'affronter son binôme. Changement de discpline avec Jonathan qui participe au Championnat de freestyle football et nous entraîne vers les battles. Pas question de marquer des buts, les freestylers sont avant tout des acrobates maniant le ballon comme un accessoire dans des performances époustouflantes. Les jongleries s’enchaînent avec les pieds, les jambes, la tête, sans fausse note. 

Pas de festival de street sans les fervents de la glisse, juchés sur leurs trottinettes, rollers ou skates, qui dévalent les pentes installées à leur profit et s'essayent aux plus acrobatiques des cabrioles. Pour les curieux qui voudraient essayer le freestyle, des nombreux ateliers proposent des initiations guidées par des pratiquants des différents disciplines urbaines. Même les plus jeunes peuvent profiter de de séances adaptées pour tenter le hula-hoop, ou s'essayer à la création artistique au Little Studio.

Dans la lignée de cette manifestation hors normes se tient la première "fashion week off" orchestrée par Paul Levrezl'Open Mode Festival. Avec pour but assumé de désacraliser les défilés et l'univers élitiste de la mode, cet organisateur de talent invite des danseurs à présenter les créations au sein même de la foule. Il défend une mode inspirée par des personnalités aux influences multiples qui réconcilie avec le plaisir de s'affirmer. 

Artistes, sportifs, créateurs, engagés ou soucieux de renverser les codes, tous repartent avec du baume au coeur et l'envie de remettre ça très vite, pour une quatrième édition encore plus fédératrice.

HF